La Rédaction

La Rédaction

Électrosensibles à Lyon

L’isolement est l’un des effets dévastateurs qu’engendre l’électrosensibilité. Heureusement, des personnes touchées par ce phénomène prennent de plus en plus l’initiative de se regrouper et de mettre en lumière les difficultés qui empoisonnent leur quotidien.

La création du collectif Ly’Ondes en 2017 illustre cette tendance, il doit notamment permettre à ces personnes de se sentir moins seules et de les informer sur les ondes électromagnétiques et leurs effets sur les sujets ayant une limite de tolérance très faible.

Monique Jacques, qui réside à Sathonay-Village, compte parmi les rhodaniens électrosensibles.  Elle fait état d’acouphènes, de douleurs musculaires et d’épuisement général. Forcée à mettre un terme à son activité, elle a pris plusieurs dispositions pour rendre son quotidien plus supportable dont le port de “vêtements spécifiques blindés”. Dans la région lyonnaise, Sylvie Perraud et Laurent Bernard, font aussi partie des personnes qui souffrent de multiples symptômes dont des fourmillements dans les bras ainsi que des maux de tête.

Comme tous les hommes et femmes touchés par l’électrosensibilité, ils sont invités à faire vivre le collectif Ly’Ondes. On trouve sur le site internet de l’organisation des conseils pour diminuer les symptômes à l’intolérance : il s’agit notamment de l’éloignement de tous les appareils électriques autour du lit et le bannissement des objets connectés dans l’habitation.

Mon week-end en zone blanche

L’Effet Papillon, programme culte de Canal Plus, a malheureusement pris fin cet été. Ceci étant dit, il laisse aux téléspectateurs et aux internautes une belle collection de reportages dont l’un d’entre eux est consacré à une zone blanche dans l’Etat de Virginie aux Etats-Unis.

Benoît Chaumont est allé passer un week-end à Green Bank, une localité sans wifi, sans appareils connectés ni téléphones mobiles fonctionnels. La raison à cet environnement si singulier de nos jours ? La présence du plus grand radiotélescope directionnel du monde ! Il est chargé d’écouter les étoiles et susceptible de capter des messages émis à l’autre bout de l’univers…par d’éventuels extraterrestres. Aucune antenne relais de téléphones, les diffusions d’ondes radio et de wifi sont quant à elle drastiquement encadrées sur plus de 30 000 km2, tout simplement afin d’éviter de brouiller les signaux.

Cette zone blanche est logiquement devenue le refuge de nombreuses personnes électrosensibles. En interrogeant un certain Allan, Benoit Chaumont se fait le porte parole des téléspectateurs potentiellement sceptiques à cette pathologie impalpable. “Comment se fait il que ces hommes et femmes ne parviennent pas à supporter les champs électromagnétiques qui n’ont aucun effet sur la plupart des gens ” lui demande-t-il en substance. L’analogie de cet américain électrosensible est équivoque : “Pourquoi certains fumeurs de longue durée ne souffrent pas de cancers et d’autres personnes aux modes de vie plus sain sont susceptibles de développer une terrible maladie ?”

Électrosensibilité : la France avance

Dans un rapport publié en mars dernier, l’ANSES a reconnu la réalité des troubles dont les personnes intolérantes aux ondes électromagnétiques font l’objet. Juste avant l’été, différents acteurs dont l’association Robin des toits ont évoqué les recommandations formulées dans ce document et ont fait le point sur les actions à mener au quotidien

La France compterait selon les prévisions de l’Anses (l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) approximativement 3,3 millions d’hommes et de femmes souffrant de sensibilité exacerbée aux ondes électromagnétiques. Quand bien même “les douleurs et la souffrance formulées par les personnes se déclarant EHS correspondent à une réalité vécue”, il n’existe selon les experts de l’Anses “aucune preuve expérimentale solide ne permet actuellement d’établir un lien de causalité entre l’exposition aux champs électromagnétiques et les symptômes décrits”.

De la simple fatigue aux maux de tête en passant par des troubles de l’attention : les personnes concernées sont affectées de multiples façons et à des degrés variables. La difficultés pour les scientifiques résident notamment dans la variété des radiofréquences et des champs électromagnétiques potentiellement responsables de ces symptômes.

A la fin du mois de mai, une réunion s’est tenue au sein de l’office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST). Les représentants de l’association PRIARTEM et de l’Agence nationale des fréquences à Robins des toits ont notamment salué la qualité du rapport de l’Anses et ont souligné l’intérêt de l’expérimentation d’un protocole de prise en charge réalisée à l’hôpital Cochin.

Le téléphone portable pourrait altérer la mémoire chez les jeunes

Les champs électromagnétiques à hautes fréquences des téléphones mobiles auraient un impact négatif sur le développement de la mémoire dans certaines zones du cerveau. Ce sont les conclusions d’une étude réalisée par l’Institut suisse de santé publique et tropicale (Swiss TPH), parue le 23 juillet dernier dans la revue à comité de lecture Environmental Health Perspectives.

Les champs électromagnétiques à hautes fréquences des téléphones mobiles auraient un impact négatif sur le développement de la mémoire dans certaines zones du cerveau. Ce sont les conclusions d’une étude réalisée par l’Institut suisse de santé publique et tropicale (Swiss TPH), parue le 23 juillet dernier dans la revue à comité de lecture Environmental Health Perspectives.

Elle porte sur une cohorte baptisée HERMES (Effets sur la santé liés aux téléphones portables) composée de 700 écoliers âgés de 12 à 17 ans. Les chercheurs se sont intéressés à la relation entre l’exposition aux champs électromagnétiques et le développement des performances de mémoire durant une année. Des effets néfastes ont été plus précisément observés sur les performances de la mémoire figurative, principalement localisée dans l’hémisphère du cerveau droit. Une exposition plus forte aux ondes a été constatée chez les adolescents qui se servaient de leur mobile du côté droit de la tête. Ces résultats confirment des données similaires publiées en 2015, qui reposaient néanmoins sur un échantillon deux fois moins important.

L’un des scientifiques a toutefois déclaré que des recherches supplémentaires étaient nécessaires pour exclure l’influence d’autres facteurs. D’après lui, “les résultats pourraient avoir été affectés par la puberté, qui affecte à la fois l’utilisation du téléphone portable et l’état cognitif et comportemental du participant. »

Ondes : ce que vous devez savoir sur le danger des téléphones portables

Chaque fois que votre mobile est allumé, il émet des champs électromagnétiques potentiellement nocifs pour votre santé. Les effets secondaires possibles peuvent aller d’un sommeil perturbé à des changements dans l’ADN. Le problème bien entendu c’est que dans la vie morderne, la plupart des gens ne peuvent pas fonctionner sans leur téléphone portable. Mais vous pouvez néanmoins adopter quelques principes de précaution afin de vous protéger.

Le danger des ondes sur un portable

Lorsque vous tenez votre téléphone portable à votre oreille, 10 % à 80 % du rayonnement du téléphone pénètre d’environ 5cm dans votre cerveau. Chez les enfants, la pénétration est encore plus profonde. Certaines études ont montré que les téléphones cellulaires tenus près de la tête peuvent causer des changements d’ondes cérébrales chez 70 % des gens. Le danger potentiel est si largement accepté que des compagnies d’assurance aux États-Unis commencent à exclure la couverture des blessures liées à l’exposition au rayonnement des téléphones sans fil.

Ces blessures potentielles peuvent aller des maux de tête et d’une vision floue jusqu’au cancer :

  • Maux de tête
  • Dommages génétiques
  • Système immunitaire affaibli
  • Cancers, y compris les tumeurs cérébrales et le mélanome
  • Rupture de la barrière hémato-encéphalique
  • Réduction de la mélatonine
  • Interférence avec les stimulateurs cardiaques
  • Perte de mémoire
  • Changements dans l’activité électrique du cerveau
  • Stress cardiovasculaire
  • Fatigue
  • Problèmes oculaires

Les écouteurs, casques et les fonctions haut-parleurs permettent de tenir l’appareil à distance de votre cerveau, mais ils n’éliminent pas le danger absolu. Chaque fois que l’appareil est allumé, les téléphones cellulaires émettent un rayonnement électromagnétique – même en mode veille et peu importe s’ils sont portés à la ceinture, dans les poches ou les sacs à main – ou s’ils sont placés sur la table devant vous.

Comprendre le rayonnement électromagnétiques des mobiles

Les téléphones cellulaires émettent deux types de champs électromagnétiques – le rayonnement électromagnétique micro-ondes de l’antenne et d’autres ondes provenant du téléphone lui même. Les deux peuvent présentés un danger potentiel.
20 à 80% du rayonnement de l’antenne d’un téléphone pénètre jusqu’à 5 cm dans le cerveau de l’adulte. Les téléphones cellulaires peuvent avoir des effets thermiques (qui chauffent les tissus biologiques) ainsi que des effets non thermiques (affectant les fréquences naturelles des champs électromagnétiques). Des études ont montré que les personnes qui dorment avec un téléphone cellulaire près de leur lit ont un sommeil paradoxal faible, ce qui peut entraîner des troubles de l’apprentissage et de la mémoire. Les effets à long terme restent à voir. Lorsque le signal du téléphone cellulaire est maintenu à côté de la tête, les ondes cérébrales sont modifiées dans 70 % des cas. De nombreuses compagnies d’assurance sont tellement alarmées par les preuves qu’elles excluent maintenant de leur prestations de remboursement les problèmes de santé liés au rayonnement des téléphones cellulaires. La plupart des neurochirurgiens limitent l’utilisation de leur téléphone cellulaire et conseillent aux patients de ne jamais les tenir à l’oreille.

Cherche zone blanche désespérément, le film de Marc Khanne

Le réalisateur Marc Khanne a présenté en 2014 son film documentaire consacré aux personnes électro-hypersensibles. “Cherche zone blanche désespérément” est le fruit de trois ans d’enquête, un travail journalistique qui donne la parole aux personnes affectées par les ondes électromagnétiques et qui soulève beaucoup de questions.

Pour quelles raisons en parle-t-on si peu ? “Une personne qui n’est pas touchée ne peut pas comprendre. Si c’est invisible, cela n’existe pas” témoigne un homme souffrant de cette pathologie. Paradoxalement, les technologies de communication ont contribué à exiler ces gens qui ont souvent des difficultés à faire reconnaître leur maladie auprès de leurs proches.

Bien entendu le problème concerne tous les territoires où les technologies sans-fil sont légions, le réalisateur met ainsi le projecteur sur les diverses associations qui militent pour sensibiliser le public à l’électrosensibilité. Des professionnels de santé sont également interrogés et livrent leur éclairage sur un phénomène qui demeure assez méconnu.

“L’homme est bioélectromagnétique, ces champs électromagnétiques qui sont dans l’air constituent une pollution environnementale qui perturbe nos échanges électriques endogènes” rapporte l’un d’entre eux.

Mark Khanne n’a même pas intégré tous les rushs des témoignages des personnes électrosensibles, tellement certains propos semblaient “incroyables”. C’est dire la douleur qu’endure ces hommes et ces femmes qui ont vu leur quotidien bouleversé subitement.

Plus d’infos sur http://www.electrosensible-zone-blanche-ehs-film.com/

Quebec : une initiative pour protéger les enfants des ondes

Au Québec, un député a déposé à l’assemblée nationale une pétition en faveur d’une instauration de mesures d’accommodement pour les enfants sensibles aux ondes électromagnétiques.

Cette initiative que l’on doit à M. Simon Jolin-Barrette a été saluée par le rassemblement électrosensibilité Québec (RESQ). Les 1 113 signataires s’inquiètent notamment du déploiement du Wi-fi dans les écoles de la province et des effets qu’ont les ondes électromagnétiques sur les enfants à savoir par exemple des maux de tête, des problèmes de sommeil et plus grave des nausées et des symptômes cardiaques. Par ailleurs, ils évoquent les études qui font le lien entre des difficultés d’apprentissage connues par des élèves et les rayonnements électromagnétiques.

RESQ loue les décisions et les postures adoptées par des autorités publiques à l’étranger. Ce sont notamment l’interdiction du Wi-fi dans les garderies en France et les recommandations du Département de la Santé publique de la Californie portant sur l’usage prudent du téléphone mobile. Selon RESQ, les accommodements réclamés par les signataires “contribueront à préserver la santé des générations à venir”.

Electrosensibilité : une maladie imaginaire ?

Les personnes souffrant d’électrosensibilité ne témoignent pas fréquemment. Certaines ressentent de la honte et redoutent d’être jugées injustement, d’autres n’ont même pas conscience d’être allergiques aux rayonnements électromagnétiques. Marie-Pierre a quant à elle décidé de raconter son calvaire au Républicain Lorrain.

La tout juste trentenaire n’est plus en capacité de pratiquer les activités de la vie quotidienne à savoir écouter son poste de musique, s’installer devant la télévision ou encore surfer sur le net. Pire, celle qui travaillait  à la Métropole du Grand Nancy ne supporte plus l’électricité. S’ajoute à cela une allergie à l’encre d’imprimerie qui l’empêche de lire.

Sa maladie a bien entendu des conséquences sociales retentissantes. Elle ne travaille plus, ne peut pas se déplacer en voiture ni même se rendre au restaurant sous peine de souffrir de vertiges et d’insuffisance cardiaque. Pour minimiser les symptômes classiques de l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques, Marie-Pierre a pris une retraite quasi forcée dans le village de Raon-sur-Plaine dans le département des Vosges.

Les motifs d’espoir ? Des professionnels de santé commencent à se pencher de plus en plus ce type de pathologie, à l’instar du Professeur Belpomme. La pose de gaines blindées qui atténuent les champs électriques pourrait lui permettre de retrouver un cocon relativement confortable, peut-être dans les environs de Nancy.

Hypersensibilité électromagnétique

Deux médecins suisses ont cherché à documenter des anomalies objectives chez des patients présentant une hypersensibilité électromagnétique. Ils ont fait passer une iRM cérébrale fonctionnelle à 10 personnes électro-hypersensibles et ont constaté des résultats anormaux chez l’ensemble des sujets. Les chercheurs précisent bien que les études IRM régulières de ces patients ne montraient aucune particularité.

L’IRM comme aide à l’évaluation

Les auteurs recommandent la réalisation d’IRM fonctionnelles pour aider au diagnostic lors de l’évaluation d’un patient prétendant être électrohypersensible. Par ailleurs, ils affirment que certains antécédents comme une blessure à la tête et une exposition à des produits chimiques neurotoxiques telles que les moisissures sont des facteurs susceptibles de rendre un patient plus vulnérable à l’hypersensibilité électromagnétique.

Compteur électrique Linky

Karim El Hadj de la rédaction du Monde, explique dans une vidéo sur Facebook la polémique autour des nouveaux compteurs électriques Linky. A 1min30 le journaliste aborde brièvement le sujet des ondes électromagnétiques émises par ce type d’appareil. Une vidéo à découvrir ci-dessous :